2

Mais qu’est-ce que tu fais là tout seul?

Résumé

Le 24 décembre, dans un palace déserté de Montréal, Martin Ladouceur, célibataire endurci, s’apprête à passer le pire réveillon de sa vie. Avec pour seule compagnie un concierge protocolaire, un groom débutant et une femme de chambre timide, l’ex-légende du hockey canadien se retrouve, en prime, au régime sec, sans strip-teaseuses ni grands crus. Mais contre toute attente, en cette nuit de Noël, un petit bonhomme va lui offrir le plus beau des cadeaux. Et, comme par magie, la terreur des patinoires découvrira un sentiment qu’il ignorait jusqu’alors.

Petite philosophie du bonheur, Mais qu’est-ce que tu fais là, tout seul? est une fable tendre et drôle, remède absolu contre la morosité.

Featured image

Mon petit avis :

Ce livre m’a laissé quelque peu mitigée, je me suis laissée quand même emportée et séduire par l’histoire même si elle a certains défauts. Je pense que pour que ce livre plaise il faut avoir envie d’un livre simple, qui fasse rêver (pour ma part je l’ai lu dans une période idéale je pense : au mois de janvier donc ça faisait échos à la période de Noël et durant un moment où je n’étais pas en grande forme !). C’est un compte de noël moderne (attention pas de fée, de lutins ou autre créatures mais seulement un père Noël à base de plumes : je vous laisserez découvrir) qui fait rêver et qui est assez drôle. Les personnages sont très caricaturés :

  • Un joueur de hockey riche, odieux, exécrable, prétentieux et tout ce qui va avec …  Bref tout le contraire de son nom de famille Ladouceur. Alors au début il va vous énerver ça c’est sûr mais après vous allez inévitablement être charmé par cet homme.
  • Un chauffeur de taxi un tantinet philosophe
  • Une femme de chambre et mère de famille seule et débordée
  • Un enfant qui attend désespérément son papa

L’histoire est assez prévisible il ne se passe pas d’actions remarquables mais je me suis laissée emporter dans ce tourbillon de renaissance, de poésie… et parfois des choses simples suffisent. Certains passages sont très beaux dans ce livre et paraissent tellement vrais.

La fin, entièrement prévisible ne m’a pas déçue, ce roman est en fin de compte un roman d’apprentissage dans lequel chaque personnage va apprendre grâce à l’autre et se construire.

Pour conclure si vous ouvrez ce roman, il ne faut pas s’attendre à des événements qui vont vous glacer le sang ou vous surprendre, mais à une belle histoire de Noël simple.

Extraits

 » L’innocence de l’enfance c’est cette faculté de se persuader que rien n’est impossible de croire à la magie sans qu’intervienne la raison. « 

 » Maman même si c’est la nuit c’est le plus beau jour de ma vie ! « 

Note : 14 / 20 !

Vous aimerez aussi : 

Featured image Featured image Featured image Featured image

0

L’amoureux

Continuons dans les albums pour enfants avec l’amoureux de Rébecca Dautremer !

Featured image

Résumé

Ernest n’arrête pas d’embêter Salomé. Il lui tire les cheveux, fait tomber ses lunettes exprès… La maman de Salomé dit que peut être, Ernest est amoureux d’elle. Mais ça veut dire quoi, amoureux? Sur ce sujet, tous les copains de Salomé sont bien renseignés et chacun a son mot à dire : amoureux c’est ….

Je vous laisse découvrir la suite pleine de poésie et d’amour qui est merveilleuse !

Featured image

Mon petit avis

Les enfants sont tellement drôles, ils s’interrogent sur un tas de choses auxquels les adultes ne pensent même pas. Ce livre est un petit bijou, il est magnifique, déjà les dessins sont fabuleux ils sont plein de poésie, et prennent vie avec les paroles des enfants. On rentre véritablement dans un monde merveilleux avec ces petits bouts de chou qui nous font rêver et sourire ! Une belle réflexion sur l’amour car beaucoup de choses sont abordées : le mariage, la durée, les bisous, les expressions qui sont interprétées par les enfants comme tomber amoureux ou le coude-foudre ; haaa j’ai adoré ce livre ! Je suis vraiment tombé amoureuse des illustrations de Rébecca Dautremer ! Featured image

Le seul petit bémol : la fin qui est peu être un peu trop rapide à mon goût et il est indispensable d’engager la discussion avec les enfants pour que l’association amour et violence ne devienne pas une évidence. Même si je trouve que c’est bien d’en avoir parlé car l’amour ce n’est pas toujours tout rose!

lll

Ce livre est pour moi en incontournable pour petits et grands (même très grands) pour aborder cette question si mystérieuse de l’amour !

Vous l’aurez compris c’est un gros coup de coeur pour ce livre !!

Note : 19/20 Featured image

0

Ma grand-mère Alzha… quoi?

Puisque j’ai décidé en ce début d’année de lire des albums pour enfants je commence par celui-ci, emprunté à la médiathèque et qui concerne directement ma future profession (l’orthophonie).

Résumé :

Camille voit bien que ça grand-mère n’est plus pareil, qu’elle a changé, elle est bizarre maintenant … elle range ses chaussures dans le frigo, se trompe de prénom, dit des choses vraiment étranges  Au début Camille pense qu’elle le fait exprès car après tout ça grand-mère elle est rigolote, elle pense même qu’elle veut devenir un clown. Mais petit à petit Camille se rend compte que sa grand-mère ne veut pas être clown et qu’en réalité elle est malade et qu’elle a besoin d’aide. Les rôles vont alors s’inverser, c’est la petite fille qui va raconter des histoires à sa mamie, la promener, lui montrer des albums photos, lui faire des gâteaux au chocolat.

Featured image

Mon petit avis : 

J’ai lu ce livre à des amies (et bien oui pourquoi pas ^^) et elles ont beaucoup aimé, ce livre nous a fait sourire, nous a ému aussi et ouvre les discussions à la fin. Une bonne et belle façon de présenter la maladie d’Alzheimer et la vieillesse en général aux enfants sans rentrer dans le dramatique. Une belle leçon de vie. Certes la personne change mais on peut toujours l’aimer !

J’ai beaucoup aimé cet album simple mais qui présente bien la maladie pour les enfants, avec une belle histoire (certes un peu triste mais en même temps quelle maladie est joyeuse?). Les dessins ne m’ont par contre pas emballée plus que ça…

Note : 15 / 20 Featured image

3

Exercices de style de Raymond Queneau

Résumé :

Le narrateur rencontre, dans un autobus, un jeune homme au long cou, coiffé d’un chapeau orné d’une tresse au lieu de ruban. Le jeune homme échange quelques mots assez vifs avec un autre voyageur, puis va s’asseoir à une place devenue libre. Un peu plus tard, le narrateur rencontre le même jeune homme en grande conversation avec un ami qui lui conseille de faire remonter le bouton supérieur de son pardessus. Cette brève histoire est racontée quatre-vingt-dix-neuf fois, de quatre-vingt-dix-neuf manières différentes.

Featured image

Mon avis :

J’avais déjà entendu parler de ce livre mais sans m’en être vraiment intéressé et c’est ma tata qui me l’a offert à Noël (avec le couvre-livre, oui oui !) car elle avait adoré et je suis moi aussi tombée sous le charme de ce petit livre.

Je ne vais pas vous en parler pendant des heures à moins d’analyser chaque histoire mais vous serez déjà parti ^^ car ce n’est pas du tout l’intrigue qui compte ici c’est la forme. Et je trouve ça toujours aussi époustouflant que l’auteur ait réussi à raconter 99 fois la même petite histoire (qui soyons francs n’a aucun intérêt, qui est d’un banal et d’un ennui mortel) sans lasser le lecteur. Raymond Queneau m’a surpris un bon nombre de fois et m’a beaucoup fait rire aussi. Il va raconter la même chose mais en se basant sur les sens, les figures de styles, les mathématiques (et oui on peut raconter une histoire avec des maths !), les sentiments, la poésie, le théâtre, le domaine médical, les onomatopées, les permutations (ce qui donne un texte incompréhensible mais très drôle) et encore bien d’autres à découvrir !

C’est un livre qui se lit très vite ( 154 pages) et c’est un véritable voyage plein de poésie. J’ai beaucoup aimé la fin (très subtile certes) mais inattendue et elle porte bien son nom (je ne vous en dis pas plus).

Vous l’aurez compris ce livre est une petite merveille de la langue française, un petit bijou, une perle rare qui témoigne de la richesse de la langue française. Un livre à lire bien évidemment !

Featured image

Extrait :

 » Gastronomique

Après une attente gratinée sous un soleil au beurre noir, je finis par monter dans un autobus pistache où grouillaient les clients comme asticots dans un fromage trop fait. Parmi ce tas de nouilles, je remarquai une grande allumette avec un cou long comme un jour sans pain et une galette sur la tête qu’entourait une sorte de fil à couper le beurre. Ce veau se mit à bouillir parce qu’une sorte de croquant (qui en fut baba) lui assaisonnait les pieds poulette. Mais il cessa rapidement de discuter le bout de gras pour se couler dans un moule devenu libre. J’étais en train de digérer dans l’autobus de retour lorsque devant le buffet de la gare Saint-Lazare, je revis mon type tarte avec un croûton qui lui donnait des conseils à la flan à propos de la façon dont il était dressé. L’autre en était chocolat. « 

Featured image

Note : 16 / 20 

0

Le coeur d’une autre

Résumé
Bruce, un quadragénaire divorcé, un peu ours, un rien misogyne, est sauvé in extremis par une greffe cardiaque. Après l’opération, sa personnalité, son comportement, ses goûts changent de façon surprenante. Il ignore encore que son nouveau coeur est celui d’une femme. Mais quand ce coeur s’emballe avec frénésie devant les tableaux d’un maître de la Renaissance italienne, Bruce veut comprendre. Qui était son donneur? Quelle avait été sa vie? Des palais austères de Toscane aux sommets laiteux des Grisons, Bruce mène l’enquête. Lorsqu’il découvrira la vérité, il ne sera plus jamais le même… 
 
 
 
Mon petit avis : 
 
Gustave Flaubert a écrit « Un cœur est une richesse qui ne se vend pas, qui ne s’achète pas, mais qui se donne« . C’est ce qu’a décidé la brillante et jeune Constance Delambre ainsi que ses parents lors de son décès brutal dans un accident de voiture. C’est Bruce Boutard un homme gravement malade, divorcé, ayant peu goût pour la vie sinon pour les cigarettes, l’alcool et sa télé qui a profité de ce cœur de femme rempli de fraîcheur, de peinture, damour et de joie de vivre. Vous me direz comment est-ce possible qu’un homme aussi paresseux et vulgaire (en restant correct car je vous épargne la vision qu’il avait alors des femmes oui notez ici l’imparfait !) ait ce cœur alors qu’une autre personne le mérite surement mieux que lui. Je vous comprends parfaitement mais là est toute l’intrigue car vous l’imaginez bien tout va changer ! Et oui avec ce nouveau cœur Bruce va revivre certes mais différemment, il va reprendre goût à la vie sortir de chez lui, faire le ménage (il va même devenir maniaque), s’intéresser à la culture (autre que sa télévision), avoir le goût pour la peinture, la Renaissance bref c’est un autre homme ! Justement cette métamorphose l’interroge et vous vous doutez bien qu’il va chercher à connaître l’identité de son donneur (oui moi je vous donnée dès le début car je voulais vous introduire la chronique de manière classe, recherchée enfin mettez l’adjectif que vous voulez). Bruce va découvrir (à la moitié du livre) que son donneur est une femme.  D’ailleurs ça réaction est assez surprenante… Voilà ce qui m’a dérangé, le lecteur sait avant même de plonger le nez dans la lecture qu’il a un cœur de femme et que son comportement va changer (tout est dit dans le 4ème de couverture) ! Donc dans la première moitié il ne se passe pas grand-chose… enfin il apprend qu’il est malade, il atteint un nouveau cœur, il attend, il attend (nous aussi !!), il a son cœur et on nous décrit les changements qui vont s’opérer, bref pas des choses extraordinaires enfin si pour le personnage mais nous on était déjà au courant ! Du coup au début c’était vraiment long et je me suis dit : mon dieu mais il ne va rien se passer dans ce livre!!
Et après si je vous rassure alors allez vite dans la première moitié si comme moi vous vous ennuyez un peu mais la seconde moitié m’a plutôt bien séduite. N’imaginez pas que je vais vous raconter ce qu’il se passe. Ce n’est pas tellement le personnage de Bruce que j’ai aimé d’ailleurs je crois que je ne l’ai pas aimé, enfin je ne lui trouvais rien d’intéressant. Ce qui m’a surtout séduit dans la seconde moitié ce sont les autres personnages et l’univers dans lequel ils nous embarquent un univers de peinture, de palais florentin ou encore de chalet en pleine montagne Suisse. On découvre alors Lorenzo,  une baronne malade qui se sent bien seule en haut de sa montagne, mais aussi Constante une femme époustouflante qui m’a beaucoup plu, le fils de Bruce m’a beaucoup séduit également j’ai aimé sa manière d’être, de penser, de parler et notamment son comportement avec les femmes.
Pour résumer, la première partie du livre ne pas convaincu car un peu trop longue, et puis la seconde moitié est mieux, je me suis plus laissé embarquer dans cette histoire de peinture même si je dois avouer que certains événements me paraissaient débarquer « comme par magie«  mais bon le livre m’a quand même plu même si j’ai moins aimé que « Elle s’appelait Sarah » du même auteur. En fait à bien y réfléchir je crois que ce qui m’a le plus dérangé c’est qu’on sache que ce soit une femme avant de commencer, le lecteur ne le saurait pas il aurait déjà la surprise en même temps que le personnage… simple supposition ! En tout cas ce livre est une belle histoire et une véritable remise en question sur soi, sur le don d’organe qui représente une nouvelle vie, une nouvelle chance. Je conclurai cette chronique par : 
 
« Je donne, tu donnes, il donne, nous donnons, vous donnez, ils vivent » 
Citations: 
« Avais-je le droit d’attendre la mort d’un autre pour pouvoir revivre? avais-je le droit d’espérer? »
 
« Ah, si on avait pu me transplanter celui d’un mâle, un vrai! Que mon donneur eût été meurtrier, curé coureur automobile, balayeur, joueur de poker, chanteur d’opéra, jardinier, chômeur ou ministre m’importait peu. Mais j’aurais eu le coeur d’un homme! » 
Note : 14.5 / 20
 
Vous aimerez aussi :
(Clique sur l’image pour retrouver l’article)
Featured image Featured image Featured image  Featured image
4

cadeaux de Noël

Tout d’abord bonne année 2015 à vous tous ! Je vous présente ici les beaux cadeaux que j’ai eu à Noël de la part d’un père Noël fort généreux :

 

  • Un magnifique couvre-livre fait-main par ma tata. C’est une commande que je lui avait passé car je trouve ça tellement chouette et pratique surtout pour moi (et sûrement vous) qui ai toujours un livre dans mon sac mais qui ai le cœur brisé chaque fois que mes précieux livres se retrouvent abîmés !! Cette couverture s’adapte à chaque livre de poche (pratique n’est-ce pas) en plus il y a un marque-page intégré 🙂 elle a vraiment pensé à tout cette tata =)

Featured imageFeatured image

  • Un livre pour me perfectionner en langue des signes car dans mes études d’orthophonie j’ai l’immense chance d’avoir des cours de langue des signes, un livre vraiment bien fait qui permet d’apprendre pas mal de vocabulaire. Merci beau papa !